Lycée Jean Monnet - Montpellier
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Le forum de tous les lycéens et étudiants de Jean Monnet
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -54%
SanDisk Clé USB 3.0 256 Go
Voir le deal
30.51 €

 

 La philosophie et la sophistique

Aller en bas 
AuteurMessage
fab
Petit écolier(e)
Petit écolier(e)


Age : 35 Féminin
Nombre de messages : 48
Points : 6489

La philosophie et la sophistique Empty
MessageSujet: La philosophie et la sophistique   La philosophie et la sophistique Icon_minitimeVen 29 Jan 2010 - 4:08

Bonjour à tous,

je viens partager avec vous notre dernière réflexion en matière philosophique, la sophistique et la philosophie qui pourra sans doute vous orienter et vous aider dans vos réflexions personnelles et vos travaux scolaires.


La philosophie au bac
Les sophistes

Introduction
Les sophistes ont une grande place dans la philosophie. Nous pouvons poser deux technai de la parole, faire agir, c’est la parole sophistique, la tecknè du logos des sophistes, faire faire ce que l’on veut des autres par la persuasion, et donner à voir, c’est dans ce cas de figure, la parole philosophique qui consiste à tourner l’œil de l’âme vers ce qui est à voir. La sophistique grecque relève de l’éristique grec, c’est une manipulation des hommes par les mots dans le sens d’un retournement qui suppose une persuasion. Ils prétendent combler les carences de l’éducation des jeunes grecs, parfaire l’éducation des jeunes patrides issus de familles bien nées. Ils prenaient la parole dans l’agora et jouaient un rôle dans la cité très important. Les jeunes y voyaient une grande techknè.

La sophistique, une ruse de la raison
Ils sont très grecs au sens d’Ulysse et des héros. Le mensonge, la ruse de la raison sont le propre des sophistes; Platon dit d’eux qu’ils se plaisent à vendre « des nourritures pour l’âme », des nourritures qu’on achète comme on achète au marché des nourritures pour le corps. Plus l’idée est payée chère, plus prétendaient ils, elle est riche et profonde de contenu. Dans la République défend la thèse selon laquelle, l’éducation, paideia ne consiste pas à mettre les sciences dans la tête des hommes comme des choses dans une boîte pour remplir un contenant vide. Le meilleur n’est pas celui qui est rempli de plus de marchandises. La tête la plus rempli n’est pas la mieux formée, on retrouve cette notion chez Descartes, Montaigne, Rabelais, le rapport n’est pas quantitatif mais plutôt qualitatif; La paideia n’est pas la polytechnie, la quantité des choses apprises, ceci est devenu un leitmotiv dans la philosophie platonicienne, il s’insurge contre la polytechnique et la passion sophistique de la parole, la parole pour la parole. Le logos, discours, est un maître puissant qui peut être dangereux, il renvoie à l’art avec lequel on expose nos connaissances plutôt que nos connaissances en soi. Le logos sophistique s’empare des jeunes qui ne peuvent plus s’en passer, qui sont contaminés et qui en font la base d’une éducation. C’est contre cette pseudo -éducation que Platon se bat dans la majorité de ses 32 dialogues. La tecknè est un savoir faire qui peut être dangereux s’il est utilisé à mauvais escient, c’est une direction de l’esprit sur les choses, nous pouvons dire que les sophistes ne sont pas traditionnels par leur pragmatique, c’est-à-dire, par la finalité de leurs discours, leur utilité dans la vie pratique, ils sont traditionnels car ils font valoir la ruse, en ce sens, nous pouvons affirmer qu’ils sont grecs.

La référence à Ulysse

Ulysse incarne par excellence la ruse, il est sophos en ce sens là, sophiste, donc habile, triomphant, il excelle dans l’invention du moyen, cela nous tourne vers la technique de l’homme sur la nature, phusis. Ulysse est celui qui se sort de toutes les situations, il est l’intelligence en soi, l’intelligence pratique, il se sort de toutes les situations car il a le savoir faire, la tecknè, les techniques de la capture au niveau de l’intelligence pratique tandis que Platon capture les essences. Nous avons donc l’image d’une supériorité dominante, écrasante chez l’homme par rapport à l’animal qu’il tue pour la nourriture ou qu’il domestique; Dans la manière d’attraper l’animal, il y a l’idée de piège que l’homme par la pensée a inventé; La force de la pensée permet à l’homme de remédier à la faiblesses de ses forces, l’homme parmi les vivants, est le plus démuni, sans organon. La tecknè est l’invention de l’organon, le moyen, le moyen de s’en sortir qui permet la réussite selon que l’on agit d’après le kairos, le bon moment. Si l’homme n’était pas naturellement faible, il ne deviendrait pas extraordinairement fort par le moyen de la tecknè. Nous avons donc une supériorité de la technique, incarnée par Ulysse, l’homme de toutes les situations. Il nous faut donc reconnaître la supériorité de la technique, on revient donc à quelque chose de purement humain, la façon dont la parole dirige, l’homme est alors la mesure de ce dont il faut usage. Il faut, pouvons nous lire dans le Protagoras, poser les choses dans leur relation à la manière dont on en fait usage. La chrématistique est le terme utilisé par Platon pour figurer ce rapport, c’est la question des richesses de l’homme inséparables de l’usage du mot. L’ousia signifie l’avoir et l’être, la richesse interne, l’allusion est ontologique.

La philosophie des valeurs et la question des choses

Il semble donc que la philosophie des valeurs soit inséparable de la question des choses, l’art métrétique, l’art de donner sa mesure ou sa norme à toute chose est un bien commun à toute la pensée grecque, en particulier aux sophistes. Il s’agit d’une philosophie des valeurs humanistes et d’une norme extérieure à l’homme. Il n’y a rien d’absolu dans la conception que les grecs font des valeurs; L’absolu est dans la phusis, la nature, donc ce qui est extérieur à l’homme. Il faut faire ce qu’il convient de faire, ce qui est à propos selon le kairos, et non ce qui doit être fait, bien agir est toujours selon la conception grecque agir selon le kairos. Toutes les autres valeurs, politiques, morales, religieuses ne sont que des créations humaines. L’acte dit Kalon, fait selon le kairos, est l’acte qu’il est bon de faire, cela revêt le sens de la beauté, de l’acte non pas au niveau esthétique mais au niveau éthique; Nous avons donc une identité du kalos et du bien éthique, nous retrouvons cette idée dans le Banquet de Platon. Il faut par conséquent toujours accorder la praxis, l’agir, au kairos, le moment opportun, l’éthique du kairos est commune à tous les grecs.

Conclusion
Le philosophe ne peut pas ignorer le sophiste. Nous conclurons notre étude sur une citation d’Aristote : « ce qui différencie le philosophe du sophiste est moins la nature même des problèmes que l’invention avec laquelle ils sont abordés. Il y a une intention de vérité d’un côté et la recherche d’un profit de l’autre. Cette considération ne rend la sophistique que plus redoutable. C’est leur indifférence à l’égard de la vérité qui a fait des sophistes les fondateurs de la dialectique au sens d’un art qui s’enseigne à rendre vraisemblable le pour et le contre sur un même problème; Leur indifférence fait qu’ils ont fait porter tous leurs efforts sur l’efficacité du discours en en faisant une arme incomparable pour transmuer le vrai, le faux en vraisemblable Le propre des thèses sophistiques est de se faire passer pour des philosophes, et c’est pour cette raison que le philosophe ne peut ignorer le sophiste.

http://docremuneres.forumparfait.com/philosophie-et-sophistique-vt322.html
Revenir en haut Aller en bas
http://docremuneres.forumparfait.com/index.php
Admin
Administrateur
Administrateur
Admin

Nombre de messages : 1560
Points : 8126

La philosophie et la sophistique Empty
MessageSujet: Re: La philosophie et la sophistique   La philosophie et la sophistique Icon_minitimeLun 1 Mar 2010 - 8:07

C'est gentil à toi fab d'aider nos élèves et futurs bacheliers Wink

_________________
Le flood c'est comme l'alcool: il faut en consommer avec modération mais certains ne s'en privent pas...
Revenir en haut Aller en bas
https://jeanmonnet.jeun.fr
fab
Petit écolier(e)
Petit écolier(e)


Age : 35 Féminin
Nombre de messages : 48
Points : 6489

La philosophie et la sophistique Empty
MessageSujet: aide au bac   La philosophie et la sophistique Icon_minitimeLun 1 Mar 2010 - 10:12

bonsoir à tous,


une aide au baccalauréat qu'il s'agisse du français ou de la philosophie est toujours la bienvenue, si vous avez des questions ou des demandes particulières, n'hésitez pas à me contacter, je vous souhaite une bonne soirée

fab
Revenir en haut Aller en bas
http://docremuneres.forumparfait.com/index.php
Sarah D
Modératrice
Modératrice
Sarah D

Age : 28 Féminin
Classe : J.M 2008 à 2010 Interne L HIDA
Localisation : Vannes (56)
Nombre de messages : 7414
Points : 41121

La philosophie et la sophistique Empty
MessageSujet: Re: La philosophie et la sophistique   La philosophie et la sophistique Icon_minitimeMar 2 Mar 2010 - 6:44

Merci de la proposition
Revenir en haut Aller en bas
http://sinaelle.com
Miyuki
Modératrice
Modératrice
Miyuki

Age : 32 Masculin
Classe : Génie Mathématique @ INSA Rouen || Ex 1ES1/TES1 (2005-2007)
Localisation : Tromsø (NO)
Nombre de messages : 3365
Points : 10698

La philosophie et la sophistique Empty
MessageSujet: Re: La philosophie et la sophistique   La philosophie et la sophistique Icon_minitimeMar 2 Mar 2010 - 8:32

Admin a écrit:
C'est gentil à toi fab d'aider nos élèves et futurs bacheliers Wink

+1
Revenir en haut Aller en bas
Sarah D
Modératrice
Modératrice
Sarah D

Age : 28 Féminin
Classe : J.M 2008 à 2010 Interne L HIDA
Localisation : Vannes (56)
Nombre de messages : 7414
Points : 41121

La philosophie et la sophistique Empty
MessageSujet: Re: La philosophie et la sophistique   La philosophie et la sophistique Icon_minitimeMer 3 Mar 2010 - 2:29

+1 ?
Revenir en haut Aller en bas
http://sinaelle.com
fab
Petit écolier(e)
Petit écolier(e)


Age : 35 Féminin
Nombre de messages : 48
Points : 6489

La philosophie et la sophistique Empty
MessageSujet: Les figures de rhétorique   La philosophie et la sophistique Icon_minitimeMer 3 Mar 2010 - 3:41

http://docremuneres.forumparfait.com/les-figures-de-rhetorique-vt379.html


voici un petit cours que nous avons travaillé dans le cadre du forum sur les figures de rhétorique, bonnes révisions


Figures de rhétorique
Première partie
I. Définitions

Comparaison : figure dans laquelle nous avons un comparé, un comparant et un comparatif : il est beau comme un Dieu
Métaphore : image et comparaison sans comparatif : il a la ruse d’Ulysse
Métaphore filée : Suite de métaphores sur un même thème : oublier ce flot de paroles qui semble ne jamais trouver la mer où se jeter
Allegorie : C’est le fait de représenter une idée par une image : représentation de la mort sous forme d’une vieille femme avec une faux.
Prosopopée : discours direct d’un être disparu, d’une personification, d’une allégorie : la cigale dit à la fourmi
Elles sont très nombreuses dans les fables, il s’agit en fait de personnifications.
La métonymie : C’est l’emploi d’un nom pour un autre : les planches pour dire la scène
Elle désigne le contenu par le contenant : Boire un Verre.
C’est l’œuvre par son auteur : c’est un Proust
Il y a donc trois sens possibles de cette figure de style qu’est la métonymie.
Synecdoque : C’est le fait de remplacer le nom d’une chose par l’une de ses caractéristiques : Paris pour dire la capitale
Périphrase : C’est le fait de dire en plusieurs mots ce que l’on pourrait dire en un seul : le siècle des lumières pour désigner le XVIIIème siècle
Inversion : inversion de l’ordre dans lequel apparaissent normalement les éléments syntaxiques, triste était mon âme
Antithèse : confrontation de deux thèses opposées : grand et petit
Prolepse :mise en relief d’un élément par sa mise hors proposition où il est remplacé par un pronom, ce bouquin, je n’y comprends rien
Antiphrase : C’est le fait de dire le contraire de ce que l’on pense : un enfant adorable pour dire un petit monstre
On utilise l’antiphrase pour faire valoir l’ironie, Voltaire y a souvent recours, par exemple dans Candide
Oxymore : C’est le fait de relier deux mots que l’on a pas l’habitude de voir ensemble : une douce aigreur
Personnification : Donner des traits humains à un objet/animal : l’horloge pleure.
Hyperbole : Exagération : tu es le plus gentil
Enumeration : Succession de mots sans ordre croissant ou décroissant d’intensité : j’aime les films, la musique et les peinture
Gradation : C’est une succession de mots avec un ordre croissant ou décroissant d’intensité :je suis ravie, heureuse, contente
Litote : atténuation d’une idée : ce n’est pas mal
Euphémisme : atténuation d’une vérité pénible : il y a compression du personnel
Anaphore : répétition d’un même élément en tête de phrases, de proopositons de vers se succédant, Rome, l’unique objet de mon ressentiment!
Rome, à qui ton bras vient d’immoler mon amant!
Chiasme : C’est un croisement : il faut de l’argent pour vivre mais il ne faut pas vivre pour l’argent
Ellipse : C’est la Suppression d’un mot : chocolat commence par « c » et finit par « t ».


LES FIGURES DE RHETORIQUE


EXEMPLES :

L’or noir = périphrase

Le renard dit à la fourmi = prosopopée

Un appétit de moineau = métaphore

Le roi soleil = périphrase

La première Dame = périphrase

La colombe = allégorie

La maison blanche = périphrase

Paris = synecdoque

La capitale de la France = périphrase

Il y a compression du personnel = euphémisme

Une belle main = métonymie

Une douce aigreur = oxymore

Un picasso = métoymie

Ce n’est pas mauvais = litote

Être ou ne pas être = antithèse

Boire un verre = métonymie

Rendre le dernier soupir = euphémisme

Un toit = synecdoque

Voici des feuilles, des fleurs = Enumération

Je me meurs, je suis mort, je suis enterré = gradation

Le fils de Pêlée désigne Achille dans les poèmes d’Homère = Périphrase

Une voile = Synecdoque

La source Chante = métaphore

Je donnerais 1000 fois ma vie pour toi = hyperbole

Une très longue maladie = Euphémisme

Je meurs de soif = hyperbole

Il partait, moi j’arrivais = antithèse

« IL dort dans le soleil, la main sur la poitrine, tranquille il a deux trous rouges du côté droit » = Euphémisme

La belle saison = Périphrase

Je ne suis pas mécontent = Litote

Wall Street = Métonymie

Le siècle des Lumières = Périphrase

Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant = chiasme
Votre dot valait mieux que vous, à présent vous valez mieux que votre dot = chiasme

L’ïle de Beauté = Périphrase

La grande bleue = Périphrase

Le soleil noir = oxymore

Elle se hâte lentement = oxymore

Un milieu entre Rien et tout = antithèse

Le vatican = métonymie

Le père de la fable = Périphrase

Le pentagone = métonymie

Des clochers lancent vers le ciel un affreux hurlement = Personnification.

Son rêve est de monter sur les planches = Métonymie

Bernard est un Hercule = Métaphore

Le rocher chancelle, s’élance, se précipite, roule et court à nos trousses = Personnification

En parlant de la mort, Hugo dit, « je vis cette faucheuse … » = Allégorie

La Faucheuse s’approcha et et lui dit : « il est temps, je suis venue te chercher » = Prosopopée

Je cherche un toit = métonymie

Il te faut de l’argent pour vivre mais il ne faut pas vivre pour l’argent = Chiasme

Chocolat commence par un « c » et se termine par un « t » = Ellipse

La pluie tombait toujours tristement = Allitération

Le Pays tout entier pleure son président = métonymie

Un horloge pleure = Personnification

La terre des Pharaons = périphrase

Je l’ai vu de mes yeux = Pléonasme

La marionette au long nez = Périphrase
Il regarde longtemps, longtemps cherche sans savoir = Chiasme

Chaque fleur est une âme = métaphore

Une Obscure clarté = oxymore

L’empire du soleil Levant = Périphrase


fab
Revenir en haut Aller en bas
http://docremuneres.forumparfait.com/index.php
Contenu sponsorisé




La philosophie et la sophistique Empty
MessageSujet: Re: La philosophie et la sophistique   La philosophie et la sophistique Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La philosophie et la sophistique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Jean Monnet - Montpellier :: La vie au lycée :: Entraide-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser